Interdite au Japon
Luigi Amara

 

 

 

 

Versión en español

 

A la dame du lac

Renaisse la fleur
qui sous le bras vit
et s'élèvent les pistils
dont le nectar sur moi s'égoutte.

Que la chambre s'intoxique
du sel et du moût
réduits en fumée
du corps qui s'étire.

Une anémone malade,
sans force et sans odeur, et paralytique
couvre comme un présage
le ciel de mes rêves.

Que la fleur puisse alors
du bras qui baille
dresser à nouveau, comme l'hydre, dans mes narines,
ses tiges enchevêtrées.

L'obscure fleur,
chuchotante et humide,
presque miasme.
Que revienne la fleur échevelée.

Traduit de l'espagnol (Mexique) par Fernando Carvallo