Texte de présentation

Texte de Blas Valdez

Texte d'Elmer Mendoza

 

" Le mystère du kilo d'or "
Art contemporain de Sinaloa
Raúl Cárdenas/ToroLab (Mazatlán, 1969)
Le travail de ToroLab s'inscrit dans le contexte particulier de la mutation et de l'interaction constantes liées à la frontière Mexique - Etats-Unis. Créé en 1995 par Raúl Cárdenas, ToroLab est un laboratoire expérimental de recherche sur l'habitat et son espace, ayant pour but de trouver des solutions concrètes aux problèmes urbains en vue d'une amélioration de la qualité de vie. ToroLab est à la recherche "du sublime dans le quotidien, de l'ADN du confort". Les solutions évoquées plus haut peuvent provenir aussi bien de l'architecture que du design, de la mode, et, même, de collaborations avec des musiciens ou des plasticiens, comme Nortec ou Acamonchi. Les propositions de ToroLab répondent à des problématiques bien précises, et montrent qu'il est possible, à travers certaines stratégies communautaires et interventions hybrides, d'imaginer une ville nouvelle.

Irene Clouthier (Culiacán, 1974)
Le plastique, dans les œuvres d'Irene Clouthier, est la matière qui promet le paradis éphémère, le bonheur jetable, l'accès à un avenir incertain, la perfection transitoire et la vie artificielle ; une matière qui permet de représenter des histoires venues de l'enfance et de recréer des fantasmes ; une affirmation de l'hermétisme qui caractérise notre société, et un reflet de la fugacité de la culture actuelle, d'où la sensibilité a disparu, et où l'on est chaque jour confronté à des matériaux qui expriment le vide.
Héctor Falcón (Culiacán, 1973)
Héctor Falcón s'intéresse à la fébrilité avec laquelle un individu normal cherche à se conformer au type contemporain de la beauté, défini et imposé par les canons occidentaux. Pour réaliser Proceso anabólico I, Falcón a suivi une démarche insolite : durant sept semaines, il a observé un régime strict, alliant un programme intense d'exercices et l'ingestion d'anabolisants à des doses dangereuses. L'artiste a ainsi éprouvé en chair propre l'idée du corps-objet, ou du corps "œuvre d'art".
Oscar García (Culiacán, 1970)
Oscar García travaille avec des images, des images appropriées. Il ne s'approprie pas des objets qu'il réfère, mais réfère ces objets aux images. Ses sujets sont généralement d'ordre social, polémiques pour la plupart : le narcotrafic, la frontière, les abus, les drogues, la religion. Des univers qui permettent de vaguer, et de divaguer, parmi les images du quotidien, proches et familières.

Fritzia Irizar (Culiacán, 1977)
Le travail récent de Fritzia porte directement sur les modes de circulation du capital à petite échelle, au niveau de son micro-entourage individuel. En recréant des situations venant aiguiser le désir de possession qui s'empare de nous dès lors que nous sommes confrontés au signe de l'argent, les œuvres de Fritzia Irizar cherchent à déclencher des réactions diverses chez le spectateur, par exemple en activant l'analyse de tous les signifiés - du plus personnel au plus général - autour de l'argent, et révèlent le poids et l'influence de cet élément sur presque toutes les décisions prises à travers le monde.
Hugo Lugo (Los Mochis, 1974)
Son œuvre cherche à souligner la signification des différents modes d'occupation de l'espace, à partir de l'interaction des individus avec leur environnement. Il se limite pour ce faire aux éléments de composition les plus essentiels, alliant parfois des images visuelles et sonores dans le cadre d'installations élaborées selon la même ligne formelle. Les situations recréées par Hugo Lugo impliquent une certaine attitude scientifique devant la réalité : observer, interroger, expérimenter.
Teresa Margolles (Culiacán, 1963)
Membre fondatrice du groupe SEMEFO (1990). Elle se consacre depuis plus de dix ans à l'exploration de la mort, et notamment de la transformation du corps qui lui fait suite - la vie du cadavre. Au travers de photographies, d'installations et de performances, elle a pénétré dans des sujets tabou, douleur, mémoire, violence et inégalités sociales.
Rosa María Robles (Culiacán, 1960)
Les matériaux que María Robles Montijo utilise dans ses œuvres sont une remise en question directe de la signification de celles-ci. Robles Montijo fait appel à une esthétique du grotesque pour souligner des aspects du quotidien qui, autrement, passeraient inaperçus.

Terrestre vs Plankton Man vs Falcón
Trois anciens membres de Nortec, collectif pluridisciplinaire basé à Tijuana, mêlant musique populaire du nord du Mexique et électronica, réalisent un dj / vj set dans le cadre de " LIVE ", l'un d'entre eux mixant en duplex depuis Madrid.
Plankton Man (Ignacio Chavez) est l'un des membres fondateurs de Nortec. Il commence sa carrière musicale comme guitariste de Sonios, groupe électro-rock également connu pour son travail visuel. Il se tourne ensuite vers un son plus drum and bass, utilisant également la musique traditionnelle mexicaine mixée avec du jazz. Parallèlement à sa carrière solo, il est membre de Niño Astronauta.
Terrestre (Fernando Corona) est à la fois producteur, dj, compositeur et performeur. Clavier pour le groupe Sonios, il a par la suite participé à de nombreux projets, dont Elohim et Arvoles. Fin des années 90, il se consacre à son projet solo, Terrestre, consistant à l'origine en un mix d'électro et d'ambient, avec des éléments musicaux ethniques.
Héctor Falcón a une pratique des arts visuels essentiellement tournée vers la question du corps, qu'il utilise comme sujet de sa réflexion artistique. Son projet " Estética Unisex " par exemple, pictural et digital, comprend une gamme de cosmétiques et d'instruments chirurgicaux, et propose une réflexion sur les conventions actuelles de la beauté.
Blas Valdez (Los Mochis, 1972)
Horreur et folie sont les principaux ingrédients aussi bien de son travail en multimédia que littéraire. Ses œuvres se distinguent par ce qu'elle laissent invariablement la porte ouverte aux hypothèses du spectateur - lecteur quand aux événements, passés ou futurs. Blas Valdez tend à mêler des éléments du roman, de la nouvelle, de la poésie, du cinéma, de la musique, aux ressources d'Internet. En quelque sorte, donc, ses œuvres littéraires sont multimédia, et ses œuvres multimédia sont littéraires.

 

 


elmisterio-falcon