Aldo Chaparro

Mch21 peinture blanche pour galeries, 2000.
Design de Aldo Chaparro pour FOURNISSEURS DE GALERIES
Peinture acrylique et pot métallique.
C'est un produit de Mchf21 qui consiste en peinture blanche spécialement conçue pour des espaces dont la finalité est d'exposer des œuvres d'art ; c'est un ton de blanc idéal grâce à l'équilibre exact des couleurs qui entrent dans sa composition. A chaque exposition il sera fabriqué la quantité nécessaire pour couvrir les murs.


 

José Dávila

Auto-marque, 2001.

Cette pièce consiste en un document photographique montrant une voiture stationnée dans la rue, dans son "environnement", entièrement recouverte de papier métallique.


 

Javier Dueñas

Vêtement-lit, 2001

Combinaison et mousse de polyuréthane, S, M, L, XL.
Chambre No. 3 est le troisième d'une série de projets qui explorent l'habitat individuel, son espace et l'incidence de son environnement. Ces développements essayent de rapprocher le corps de sujets ou thèmes architecturaux et vice-versa, selon des exercices d'extension et de réduction de l'espace entre le corps et les éléments qui l'abritent, le but étant d'optimiser la relation corps-environnement.


 

 

Diego Gutiérrez

Le vampire de placard, (1999-2000)
Immeuble Oviedo, Ville d'Acapulco, Mexique.

Le Vampire de placard a pour origine une proposition pour réaliser un projet qui impliquerait les habitants, les employés de bureau et les hôtes de l'Immeuble Oviedo ainsi que quelques collaborateurs invités. Pendant le processus d'incubation, et après plusieurs rencontres et entrevues entre Gutiérrez et les habitants de l'immeuble, l'artiste ressent de la part de ceux-ci un rejet à son égard. Ses intentions, quoique connues des participants, sont l'objet de critiques et de désaccords. En peu de temps, Gutiérrez lui-même se voit enveloppé d'un nuage de soupçons qui suscite sa propre transformation en "Vampire de placard". En conséquence, pendant des mois Gutiérrez se consacre à incarner le personnage que les habitants lui ont imposé et dont ils construisent eux-mêmes l'identité en le stigmatisant de plus en plus. Le vampire étranger et contrefait se met à rôder dans les couloirs de l'immeuble en se nourrissant de l'exclusion pour forger sa personnalité. Restant en marge de la vie en commun, le vampire ne se rend visible que par une série de messages qui parviennent aux résidents par le moyen de cartes postales. Pendant son séjour, l'artiste tient une sorte de journal de bord ("Journal d'un vampire de placard") qu'il distribue aux habitants comme acte final de réciprocité publique et il présente en même temps une vidéo "le vampire de placard" grâce à une série de moniteurs placés dans les couloirs de l'immeuble.

 


Enrique Jezik

Côtes de bœuf, 2001
Vidéo-installation

Une action à la fois brutale et gratuite, qui renvoie aussi bien à la brutalité humaine (et peut-être à des manifestations très ponctuelles de violence) qu'aux récents massacres d'animaux qui ont lieu sur le vieux continent à cause de diverses maladies. Matière organique réduite à une masse informe, frappée, martelée, écrasée, broyée, détruite, par une série de coups rythmiques, séquencés avec une précision chirurgicale. Le dispositif est composé d'une table métallique impeccable, d'un grand morceau de matière organique fraîche, des côtes de bœuf, les mains prêtes à accomplir la tâche assignée.

 


Fernando Llanos

Vidéo-mails, 2000-2001
(16 vidéos à envoyer par courrier électronique version interactive)

" Le 11 juillet 2000 j'ai commencé à envoyer des vidéos par e-mail. Le groupe originel était de 25 personnes : artistes, régisseurs et critiques de mes amis, mais peu à peu la liste des souscripteurs a atteint quatre cents membres et continue à augmenter. Aujourd'hui, des personnes aux Etats-Unis, au Venezuela, en Hollande, en Argentine, au Brésil, à Cuba et au Mexique reçoivent chaque semaine des vidéo-mails et la liste est devenue une sorte de forum grâce à l'usage du bouton "REPLY ALL", où toute personne peut envoyer son avis ou des documents (vidéo, MP3 ou photos). Le vidéo-mail inclut un texte expliquant comment se déroule le forum et une petite introduction ou dédicace de la vidéo.

 


 

Manuel Rocha Iturbide

A travers encore

Des gens de différentes parties du monde parlant dans un mégaphone : enregistrements sur le terrain réalisés au Mexique, au Japon, en Chine, au Vietnam, en Inde, etc. Les voix de ces personnes ont été filtrées par des appareils électroacoustiques et sont diffusées par un haut-parleur sur la rue. Ce haut-parleur transmet divers messages et expressions orales se rapportant à des prières, des manifestations politiques, des publicités pour des produits, etc.
En parallèle, les sons transmis vers la rue seront réunis dans un CD et une quantité de copies de ce CD serait mise en vente.

Rebicycling

L'objectif de cette installation est de confronter ces deux états paradoxaux de bicyclettes tombées par terre en opposant leur bruit propre qui circule dans l'air.
Les bicyclettes constituent une métaphore d'êtres vivants passifs qui ont été abandonnés à leur propre sort et qui ne peuvent s'alimenter par eux-mêmes. Ma proposition est de sortir l'entropie de ces êtres agonisants à travers un dispositif sonore qui simule une sorte de machine, pour ainsi leur injecter une énergie nouvelle et les soustraire à leur léthargie.

Le système sonore consiste en quatre haut-parleurs pré-amplifiés et deux lecteurs CD qui diffusent le son de roues de bicyclettes en mouvement enregistré sur quatre pistes. Une fois l'enregistrement terminé, il y a deux minutes de silence et ensuite cela recommence. Il s'agit d'une sorte chauffage qui est arrivé à la température maximum et qui se remet en marche automatiquement dès que la température ambiante est redescendue.


francisco xavier rodríguez

TRANSAtlántico

" L'œuvre est basée sur une photographie réalisée sur les côtes du Michoacán où j'ai réalisé une simulation de bateau, au moyen de deux piles hors du champ au premier plan et la mer au fond.

L'idée est de placer à côté de la photo un Walkman auto-reverse, avec une bande qui contienne le bruit de la mer, des bateaux et/ou des mouettes.

Mon intérêt est de créer un jeu entre l'image et le son. Les batteries sont un élément important. Elles permettent à la photographie comme à l'audio de fonctionner. Le walkman ne se mettra pas en marche sans l'énergie que lui fournissent les piles, et la photo à son tour les utilise pour créer une similitude avec les cheminées d'un bateau, sans lesquelles l'image perdrait tout intérêt. A l'intérieur de l'œuvre existe la relation énergie-fonctionnement, mouvement aussi bien sémiotique que formel. Il me paraît également important de présenter une œuvre qui parle de la simulation, dans un monde comme celui dans lequel nous vivons, tellement basé sur la fiction.

 

 

expositions

antérieures